Aéroports du Cameroun : Le Directeur Général Thomas Owona Assoumou victime d’une campagne de sabotage et de dénigrement

Thomas Owona Assoumou, le Directeur Général des Aéroports du Cameroun. Toujours sur le terrain et proche de ses collaborateurs.

Enquête et révélation sur cette campagne qui se déroule sur les réseaux sociaux et dont les commanditaires seront bientôt démasqués. Le Patron de la Société Aéroports du Cameroun « ADC AVEC CA », selon nos informations paye ainsi le prix de sa bonne gouvernance et surtout de l’assainissement du fichier client de l’entreprise.

Une vidéo qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux, et un article commandé sur internet. Voilà les premiers éléments visibles de la cabale lancée contre le Directeur Général des Société Aéroports du Cameroun. Il y est traité de tous les noms. Son parcours professionnel et ses faits d’armes sont questionnés. Son image y est ternie et son honorabilité aussi. L’article écrit contre le Directeur Général des ADC est un véritable tissu de mensonges, de dénigrement, de sabotage et d’inventions honteuses de toutes pièces. Sous d’autres cieux, le Directeur Général aurait même déjà déclenché une action en justice pour toutes ces calomnies et ces tissus de mensonges dont la finalité recherchée par ses auteurs, est de ternir son image de marque au sein de l’opinion publique nationale et internationale. Lui qui bénéficie de la confiance du Chef de l’Etat qui au regard de ses compétences, lui a confié la gestion de la stratégique entreprise ADC.

Quand il prend les commandes de cette société, le Directeur Général décide de prendre des mesures qu’il juge salutaires pour la bonne marche de tous les compartiments de l’entreprise.  Ainsi dans le cadre de l’assainissement de son fichier client, la société Aéroports du Cameroun « ADC AVEC CA » va sommer la société Club Market, exploitant d’un salon privatif à l’Aéroport international de Douala en vertu de la convention d’occupation et d’exploitation signée le 23 mars 2004 de payer les arriérés de loyers qu’elle cumulait d’un montant de 16 474 956(Seize millions quatre cent soixante  quatorze mille neuf  cent cinquante six) FCFA au 30 juin 2010. Suite au non paiement des arriérés de loyer sus-évoqués et à la récurrence  du cumul desdits loyers « ADC SA AVEC CA »  va donc se voir obliger de résilier la convention qui liait les deux parties et engager une procédure  d’expulsion à l’encontre de la société CLUB MARKET en 2012 devant le Tribunal de Première Instance de Mfou, une ville située près de Yaoundé la capitale du Cameroun. Selon nos informations, l’Action judiciaire sus-évoquée a abouti à une décision de justice rendue le 10 septembre 2013 ordonnant, l’expulsion de la Société Club Market des lieux occupés.

Les mêmes sources indiquent que toutefois, la Société Club Market a interjeté Appel de cette décision devant la cour d’Appel du Centre qui a son tour a rendu un arrêt le 11 mars 2016 constatant l’incompétence territoriale du TPI de Mfou et annulant par conséquent l’ordonnance entreprise. Selon nos informations, alors que la partie « ADC SA AVEC CA » est en attente de la signification de l’arrêt pour se pourvoir en cassation, le Directeur Général de Club Market aurait introduit une autre plainte en 2015 auprès de la division des enquêtes criminelles de la Légion de gendarmerie du Littoral à Douala contre le Directeur Général des ADC SA AVEC CA » pour « Séquestration ». Plainte qui selon les mêmes sources aurait été classée par les enquêteurs après avoir entendu les parties.

Il convient de rappeler à l’opinion nationale et internationale que le litige qui oppose « ADC SA AVEC CA » à Club Market reste un litige commercial et encore pendant, par conséquent les parties devront s’en tenir  à la décision de justice définitive à venir.

Dans un prochain article, notre rédaction reviendra sur le visage actuel de la société « ADC AVEC CA » afin de questionner la gouvernance, la gestion et les réalisations de l’actuel Directeur Général en poste depuis 9 ans. Mais qui curieusement est victime d’une cabale commanditée par des ennemis du progrès tapis dans l’ombre mais dont les vrais visages pourraient bientôt être démasqués.

Ericien Pascal Nguiamba

2 commentaires

  1. Palapeine on

    Que le DG et AnneMarthe se taisent!

    Je connais bien cette histoire. je suis un ancien agent de l’aéroport et j’en connais long sur les traffic des agents ADC. je ne donnerai pas mon nom par peur de représailles.

    Le Dg écrit à la police de l’aéroport et à l’autorité aéronautique pour que l’on chasse le Club Market. Mais en même temps il dit partout qu’elle ne paye pas ses loyers. Moi si quelqu’un me doit mon 5 franc, pourquoi je dois l’empêcher de travailler pour me rembourser mon argent.
    Cette dame du Club Market est dérangée depuis le début de son activité à cause de Mme Adjoavi. une femme très méchante et qui pratique beaucoup. C’est elle qui emmène le DG au Bénin pour voir les marabouts. Elle a une activité d’accueil à l’aéroport. Elle faisait avant même le club market. Comme elle était au salon d’honneur, elle faisait passer ses clients au salon en utilisant les services du salon des ADC. Owona lui avait promis de lui donner le salon du Club market. Mais ça n’a pas marché. Sa propre soeur chantait dans tous l’aéroport que le Club Market serait à eux.

    Mr Owona est un filou. Qu’il vienne dire comment la Doual’air a eu son bail emphiteotique. Il partait en France avec sa femme au frais de La Doual’air. Il mangeait tous les jours à l’aéroport sans rien payer. Il mendiait partout. Les compagnies aérienne étaient obligées de lui donner un backchiche de 100 000 fcfa pour avoir ne serait ce que la clef d’un bureau. Même mr Etoa, ancien Dir de l’Aéroport faisaient ça.

    Les agents des ADC, sont tous concessionnaires des ADC. Ils sous louent ensuite les espaces. Mr Ntongo Onguene était le chef de ça. Il a même construit tout un bâtiment. MNT lui avait même donné de l’argent pour avoir un espace.

    Il y a des gens qui occupent des espaces et sont sans contrat. La belle-soeur de Mme Essesse en a profité et Eugène Ekeke aussi.

    On va dire que je suis un menteur. Alors vérifiez seulement. Interrogez Mr Kamhoua. C’est le camarade de classe du DG. Il sait tout. Et ceux que je dis là c’est tout petit.

    Laissez la femme là tranquille. Demandez aux agents des ADC. Ils auront beaucoup à dire.

  2. Le Club Market on

    Cher Monsieur Ericien Pascal Nguiamba,

    C’est avec beaucoup d’attention et même de joie mêlée que nous venons de lire lu votre note. Vous nous avez confirmé ce que nous disions à savoir que nous sommes victimes de dénigrement.
    Car comment expliquer que votre article soit truffé d’inexactitudes et de tant d’erreurs. Un journaliste impartial serait venu vers nous et nous aurions répondu bien volontiers à toutes ses demandes. Mais tel n’a été pas le cas. Ce qui a pour effet de ne donner que peu de crédibilité à vos écrits. Ou alors, auriez vous manquez le cours à l’école de journalisme qui traitait de cette matière ou bien alors seriez vous juste un débutant stagiaire dont le travail n’aura pas été vérifié par son pair référent… Nous allons donc vous donnez quelques éclaircissements et remarquez bien que s’agissant ici de notre droit à vous répondre, nous espérons bien que vous publierez notre note.
    Les ADC ne vous ont pas menti pour ce qui concerne les loyers. C’est tout à fait vrai. Mais ce que l’on ne vous a pas dit, c’est qu’au moment où nous avons commencé à payer notre dette, notre créancier avait donné des instructions à l’autorité compétente, à savoir l’AAAC (Autorité aéronautique), pour nous empêcher de nous mouvoir dans l’aérogare. Un ancien responsable de l’aéroport était même allé jusqu’à mentir pour que l’on ne nous délivre pas de badge de circulation. Ce qui est pour le moins étrange quand en même temps on nous réclame des paiements… Quant aux pressions sur la police, elles sont incessantes…
    Les ADC ont bien obtenu une décision d’expulsion. Mais elle a été obtenu auprès d’un tribunal qui n’était pas compétent dans une audience pour laquelle notre conseil n’a même pas été convoqué. Ce qui est tout de même curieux…
    S’agissant de notre plainte, elle a été déposée pour troubles de jouissance à la gendarmerie. Elle a bien été enregistrée par les enquêteurs malgré l’absence des ADC mais le juge du tribunal compétent, a purement et simplement refusé d’enrôler l’affaire car « ne voulant pas s’opposer à un directeur général nommé par Paul Biya »… Vive la justice au Cameroun!
    Vous dites qu’il y a une cabale contre Monsieur Owona Assoumou… Nous sommes tout à fait d’accord avec vous. D’ailleurs les compagnies aériennes mentent quand elles disent ne pas avoir le service auquel elle devraient prétendre… Idem pour les passagers qui se plaignent d’un aéroport international aussi peu… Comment dire?.. Confortable§.. Le ministre des transports qui a désavoué ce monsieur n’est qu’un idiot… Et notre Directeur général n’est qu’une pauvre femme avide de sensations… N’est ce pas?..
    Au fait, ce monsieur nous avait écrit il y a de cela quelques années. Il nous reprochait de l’empêcher de finir ses travaux parce que nous ne voulions pas partir…
    Merci de nous avoir donné l’occasion de nous exprimer.
    Bien cordialement.
    Le Club Market

Leave A Reply

Afriquepremiere.info Administrateur-Directeur de Publication : Ericien Pascal Nguiamba. Rédaction Afrique 00237 699843976 email...