Au Tchad, le poste de Premier Ministre supprimé par la nouvelle Constitution

Outre la promulgation de la nouvelle constitution, un nouveau gouvernement a également été formé. Le président tchadien, Idriss Déby Itno, investi des pouvoirs plus élargis par la nouvelle Constitution promulguée vendredi 4 mai 2018, a ainsi formé un nouveau gouvernement restreint, selon un décret rendu public lundi soir (7 mai) sur les ondes de la radiotélévision publique. La nouvelle équipe gouvernementale compte 29 membres : deux ministres d’Etat, 23 ministres et quatre secrétaires d’Etat.

Les entrées les plus remarquables sont celles de l’ancien Premier ministre Kassiré Delwa Coumakoye (ministre d’Etat conseiller à la présidence) et Jean-Bernard Padaré (ministre d’Etat des Infrastructures et du Désenclavement).

Le ministre de la Sécurité publique, Ahmat Mahamat Bâchir, le chef de la diplomatie Mahamat Zène Chérif, entre autres, sont maintenus à leurs postes.

A contrario, plusieurs personnalités font les frais du renouveau prôné par le président Déby : notamment celui qui était considéré comme quasi-inamovible ministre des Infrastructures, Adoum Younousmi, le ministre des Finances Abdoulaye Sabre Fadoul et le ministre de l’Education nationale Ahmat Khazali Açyl.

Huit femmes figurent dans la nouvelle équipe. Si la ministre de la Communication et porte-porte du gouvernement, Madeleine Alingué, et la secrétaire générale du gouvernement, Mariam Mahamat Nour, gardent leurs portefeuilles, les six autres font leur entrée ou retour.

La composition du nouveau gouvernement intervient trois jours après la promulgation de la nouvelle Constitution qui supprime le poste de Premier ministre. Le dernier en fonction, Pahimi Padacké Albert, avait démissionné le 3 mai.

Avec Xinhua

 

 

 

 

Leave A Reply

Afriquepremiere.info Administrateur-Directeur de Publication : Ericien Pascal Nguiamba. Rédaction Afrique 00237 699843976 email...