Telecoms: SAIL, le parcours d’un chantier historique

La société Cameroon Telecommunications (CAMTEL) vient d’achever le projet de construction du câble sous-marin intercontinental South Atlantic Inter Link (SAIL), entre le Cameroun et le Brésil.

Pour parvenir à cette grande réalisation, CAMTEL s’est entourée d’un partenaire stratégique, géant mondial du secteur des télécommunications, en l’occurrence China United Telecommunications Corporation (CHINA UNICOM)qui détient ou contrôle 26 câbles longue distance dont 15 sous-marins. La mise en place de ce consortium a donc abouti à la construction de l’infrastructure South Atlantic Inter Link (SAIL), un système de câble sous-marin à fibres optiques raccordant directement l’Afrique à l’Amérique du Sud. La pose du câble SAIL, finalisée depuis le 04 septembre 2018, a été réalisée par HUAWEI TECHNOLOGIES Co Ltd et sa filiale HUAWEI Marine Networks.

Déroulement des travaux :

Les modalités du partenariat CHINA UNICOM/CAMTEL ont été bouclées en août 2016, à travers une convention de construction et de maintenance (C&MA)du système de câble sous-marin. Ce protocole fixait les règles de construction et d’exploitation de cette infrastructure, suivant les standards internationaux. En juin 2017, un contrat de fourniture et d’installation du système a été signé, avec HUAWEI TECHNOLOGIES Co. Ltd.

La pose d’un câble sous-marin est une opération complexe, préparée minutieusement, et comportant plusieurs étapes. Outre les accords financiers et les partenariats techniques, la première étape a consisté à étudier le tracé par lequel sillonnera le câble en question. Ensuite, une opération de reconnaissance des fonds marins,ou Survey marin, a été réalisée. Elle aura consisté à :

  • cartographier les fonds et les reliefs sous-marins le long de l’itinéraire prévisionnel du câble;
  • faire des relevés géologiques pour analyser la nature des sédiments des fonds marins;
  • déterminer les profondeurs d’immersion à l’aide de relevés bathymétriques;
  • identifier les dangers et risques éventuels sur le fond marin.
  • déterminer le meilleur itinéraire pour le câble en effectuant des relevés GPS pour positionner le câble et les répéteurs ;

Il s’agit donc d’une manœuvre hautement sensible qui détermine la qualité de l’infrastructure envisagée. Cette étape a été capitale pour la réussite du projet SAIL.

 

 L’objectif est de sélectionner le parcours le plus sûr et le plus économique :

Le Survey des fonds marins dans les eaux territoriales camerounaises a débuté le 27 octobre 2016 à Kribi. La cité balnéaire constituait le point de départ pour cette phase, qui a duré un peu plus de deux mois, dans l’océan Atlantique.

Toutes les opérations de reconnaissance détaillée se sont achevées en janvier 2017, cela a permis de fixer le tracé définitif du câble entre Kribi et Fortaleza, mais aussi les détails relatifs aux divers éléments de ce système de câble. Notamment, les différents types de câbles à utiliser selon les zones traversées, la longueur de câble à fabriquer, les modèles de répéteurs pour l’amplification du signal, et les équaliseurs, dispositifs permettant d’assurer la correction en cas de distorsion du signal. La réception en usine de ces équipements spécialisés a été effectuée en Norvège du 09 au 12 janvier 2018.

Il a été convenu qu’à partir de la Cable Landing Station de Fortaleza, au Brésil, le câble SAIL pourrait être interconnecté à d’autres systèmes de câbles mondiaux, notamment sur des prolongements jusqu’aux Etats Unis d’Amérique. De Kribi également, des interconnexions sont prévues,d’une part vers le réseau national camerounais, et d’autre part vers des pays voisins, à l’instar de la Guinée Equatoriale qui a déjà pris une option.

La construction de la station d’atterrissement du SAIL, dénommée KCLS (Kribi Cable Landing Station), a démarré à Kribi en janvier 2018.Elle en est à sa phase des dernières finitions d’avant la mise en exploitation. Le complexe de la station d’atterrissement comprend entre autres un bâtiment ultra moderne R+1 s’étendant sur une surface utile de 400, et abritant les équipements de transmission à très haut débit, les plateformes d’exploitation, de maintenance et de monitoring de ce câble sous-marin. Ce centre constitue très certainement une référence dans la sous-région.Sa construction est une étape importante  dans le  processus d’installation du système de câble sous-marin.

Les temps forts…

22 mai 2018, une date historique: le tirage du premier mètre de ce câble sous-marin à la plage de Ngoye, à Kribi. A l’issue d’une cérémonie à la fois solennelle et originale, l’on a pu assister à ce geste fort symbolique. Le Ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun, Madame Minette LIBOM LI LIKENG, était aux premières loges, en présence de son homologue Equato-Guinéen et de plusieurs autres personnalités venues témoigner de visu l’effectivité de la pose du câble sous-marin SAIL.

Le CS Recorder, bateau câblier en charge de ces travaux pouvait alors lever l’ancre et se déployer à l’horizon, vers le Brésil. Pendant un peu plus d’un trimestre, il a progressé vers les côtes de Fortaleza où il a finalement accosté le 4 septembre 2018, après sa mission pleinement remplie.

Le câble SAIL est désormais opérationnel, 5767,03 km de câble sous-marin, 32 térabits/seconde de capacité maximale, des équipements de pointe mis à contribution. Le Cameroun dispose désormais de l’infrastructure large-bande par excellence pour consolider sa connectivité internationale et booster son économie numérique. Le pays fait à présent partie des grands acteurs mondiaux des télécommunications.

EPN

Leave A Reply

Afriquepremiere.info Administrateur-Directeur de Publication : Ericien Pascal Nguiamba. Rédaction Afrique 00237 699843976 email...